Brûle-toi - text

De nos caresses avortées
De tes belles offrandes aux idoles
Je ne retiens que le goût
D’une ivresse sans alcool
De vaporeuses absinthes
Aux parfums de vérité
Que reniflent sans crainte
Toutes les chiennes en liberté
De tes émotions sabordées
Mises au ban de l’Eole
Ne souffle plus qu’une brise
De promesses un peu trop folles
Qui m’allument, m’enflamment, m’enfument les os
J’m’en bats l’écume, Certains l’aiment chaud

Brûle-toi, allez, brûle-toi
A l’incandescence de mes sens
Brûle-toi, putain, brûle
A l’indécence de ton coeur qui balance
Reviens à toi, à la lumière
De ma flamme déclarée incendiaire
Sauve-toi, sauve-moi, rejoins l’arène
De ma persistance rétinienne

De toutes les îles abordées
La tienne est la plus molle
Plage de sables mouvants
Où l’on se noie à même le sol
C’est de la lave qui coule
Dans ta veine arboricole
Et mon sang qui en découle
Quand de tes cimes je dégringole
Ma vanité évanescente
Ta vacuité allant croissante
Et cette mort instantanée
De nos instants si tôt fanés
Qui m’agonisent, me carbonisent le lâcher-prise
J’m’en bats l’écume qu’on me méprise

Brûle-toi, allez, brûle
Toi qui papillonne, papillée d’insouciance
Brûle-toi, putain, brûle
Toi et ton butin butiné sans urgence
Et reviens-moi, à la lumière
De ta flamme déclarée incendiaire
Sauve-moi, sauve-toi, deviens la reine
De mon existence quotidienne

C’est de la lave qui coule
Dans ta veine arboricole
Et mon rêve qui s’écroule
Quand ma dépouille heurte le sol
Ma vanité s’en va, mourante
T’as vacillé mais tu me hantes
A ta santé belle pyromane
A l’inflammable et aux alcanes

Text přidal roman59

Tento web používá k poskytování služeb, personalizaci reklam a analýze návštěvnosti soubory cookie. Používáním tohoto webu s tím souhlasíte. Další informace.